Rechercher

Pourquoi se limiter à un seul métier?


Cela fait quelques jours que j'avais le goût de partager le fait qu'en mai cela a fait 7 ans que je travaille pour Talentsoft. Que de chemin parcouru depuis. Je n'écris pas cet article pour faire une rétrospective de mon voyage mais plus pour vous parler du présent.


Connaissez-vous le terme "Slasheur"? Voici la définition que l'on retrouve sur wikipédia: Un slasheur (parfois dénommé « couteau suisse ») est une personne qui exerce plus d'une profession simultanément. Le terme « slasheur » vient du symbole slash (/), que les personnes concernées sont supposées utiliser pour se définir professionnellement (par exemple : boulanger / musicien).


Vous devez certainement vous demander pourquoi je vous parle de cela? Et bien tout simplement parce que ce terme résonne en moi. La notion de "Slasheur" n'est pas juste une tendance ou un terme qui désigne des personnes autonomes / à leur compte et qui par définition exerce différents métiers. Elle s'invite également dans le monde de l'entreprise. Aujourd'hui, on peut observer l'un, l'autre mais aussi un mixte des deux. Je me rends compte que je suis un slasheur en entreprise ayant pour mission la direction des opérations / la direction de la relation client de la filiale canadienne de Talentsoft, mais également en dehors de ma compagnie, étant aussi podcasteur et coach en développement personnel. On peut donc dire de moi que je suis un couteau suisse. J'ai toujours eu plusieurs cordes à mon arc, su apprendre par moi-même et des autres lorsque cela était possible, me challenger, me donner des objectifs et me donner les moyens de les atteindre.


Malheureusement sur le papier, cela peut faire rêver, mais dans la réalité ce n'est pas si simple d'être out-of-the-box, d'être différent, singulier. Pourquoi? Parce que je dois faire fasse à plusieurs difficultés:

  • Comment expliquer ce que je fais? C'est en effet la chose la plus difficile pour moi: être clair et précis sans perdre mon monde.

  • J'appartiens à plusieurs département et en même temps à aucun... C'est un avantage car j'adore être transverse, rencontrer des gens de différents métiers et horizons. Mais c'est en même temps difficile de créer une appartenance dans un groupe lorsque l'on fait la navette entre différents groupes. Le sentiment d'appartenance doit dont être à un niveau supérieur, celui de l'entreprise et sa culture.

  • Je me sens parfois comme un "alien", dans la continuité du point précédent et tout en évitant d'être redondant, ici c'est plus axé sur le sentiment de solitude. J'ai finalement de la misère à partager ces difficultés ou ces ressentiments avec des collègues car ce n'est pas simple de partager des choses à des personnes qui ne comprennent pas forcément ce que je fais et ce que je vis.

  • Comment mesurer ma performance? Les fameux objectifs! Il faut faire preuve de créativité pour réussir à suivre sa performance lorsqu'on sort des sentiers battus, tout en ayant quelque chose qui fasse du sens et qui soit aligné au global.

Mais je ne changerais rien au monde dans le fait d'être couteau suisse, multi-casquette ou encore multi-talent, car c'est ce qui fait que je me lève chaque matin et que je me sens aligné avec moi-même et mes valeurs. Cette situation m'apporte:

  • L'autonomie dans la gestion de mes différentes casquettes

  • La diversité des sujets et des missions: je trouve cela très stimulant

  • L'apprentissage constant

Même si ces missions paraissent diverses et variées, il y a un fil rouge, un élément qui donne du sens à l'ensemble pour moi: l'humain.

J'aime l'humain, j'aime les relations humaines et j'ai à cœur de pouvoir avoir un impact sur les personnes qui m'entourent, d'amener l'humain à se développer, à croire en lui et à ses capacités.


On m'a toujours dit depuis mon enfance: "Florian, ne t'éparpille pas", "Florian il faut choisir", "Florian tu ne peux pas tout faire!". Et si on acceptait le fait que l'on puisse sortir de ce conditionnement sociétal? Et si on acceptait de ne pas stigmatiser nos enfants, nos employés, nos collègues... lorsqu'ils ont envie de faire plusieurs choses, plusieurs missions, plusieurs métiers ?


On n’a qu’une vie, alors vivons-en plusieurs.

Il reste encore du chemin avant que ce mode de travail se démocratise, car me considérant comme slasheur, il y a une vraie bataille de la légitimité. Il est parfois difficile lorsque l'on n'a pas qu'un seul métier mais plusieurs métiers, de devoir prouver que l'on peut être aussi légitime et compétent dans un domaine qu'une personne qui fait uniquement cette job à plein temps. Ce problème est double: tout d'abord d'un point de vue personnel, on doit faire fasse à ce fameux saboteur, ce sentiment d'imposteur. Ensuite d'un point de vue sociétal, car il n'est pas dans la norme de pouvoir être compétent sur plusieurs métiers à la fois, en plus sans avoir fait des études dans ces domaines.


Aujourd'hui, j'ai beaucoup de gratitude pour l'ensemble des personnes qui ont croisé mon chemin, et plus particulièrement pour mon employeur Talentsoft qui a cette ouverture d'esprit pour voir en chacun d'entre nous le potentiel et souffler sur les braises pour amplifier ses talents, et enfin mes différents gestionnaire qui ont su croire en moi et me pousser dans cette voie.


Rien n'est impossible, ta seule limite, c'est toi-même!

Cet adage me suis maintenant au quotidien. J'en ai fait l'expérience, nos pensées sculptent notre réalité. Alors il est vrai que notre seule limite, c'est nous-même! Nous n'avons besoin de personne pour savoir ce qui est bon pour nous, à part apprendre à s'écouter et à croire en nous. ✨


Qu'en pensez-vous? Si vous vous reconnaissez également, j'aurais beaucoup de plaisir à échanger avec vous. Je suis encore dans ma phase d'acceptation, où j'ai besoin d'en discuter afin de partager mes expériences et apprendre de celle des autres!


Florian Noutsos

Directeur des opérations @Talentsoft Canada / Directeur de la relation client @Talentsoft Canada / Podcasteur / Coach en développement personnel